NOUVELLES NOUVELLES NOUVELLES NOUVELLESNOUVELLES


Pictures-Copyright – Bilder-Urheberrechte – Droits d'auteur pour les images : Osservatoreromano.va, Vatican.va, Erzbistumberlin.de, Paroisse.Cath.Fr.Berlin

   

   

Messe pontificale du 15 janvier 2017 à Saint-Thomas

    

    

Dimanche 15 janvier 2017, notre Archevêque Mgr Heiner Koch a rendu visite à notre communauté francophone.

 

  


    

  

Canonisation de la bienheureuse Mère Teresa du 4 septembre 2016

  

 

Retransmission de la Messe sur KTO :

www.ktotv.com/video/00106807/messe-et-canonisation-de-la-bienheureuse-mere-teresa 

   

Biographie de Mère Teresa:

www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20031019_madre-teresa_fr.html 

   

  


    

  

Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie (Pologne) en juillet 2016

 

  

Informations générales : http://jmj2016.catholique.fr/ 

 

Notre paroisse aux JMJ, voir brochure2016-2017EF_.pdf (page 44)

 

     


 

  

Mgr Heiner Koch nommé archevêque de Berlin

     

   
Le pape François a nommé lundi 8 juin 2015 Mgr Heiner Koch, ancien évêque de Dresde, archevêque de Berlin. Le chapitre cathédrale de la capitale allemande avait transmis à Rome sa liste de trois noms en indiquant sa préférence pour Mgr Koch. Cette procédure de nomination particulière remonte à un concordat conclu entre la Prusse et le Saint-Siège en 1929.
Né le 13 juin 1954 à Düsseldorf, ancien évêque auxiliaire de Cologne, Mgr Heiner Koch était évêque de Dresde-Meissen depuis 2013. Au sein de la conférence épiscopale allemande, il préside le dicastère mariage et famille. Berlin attendait son nouvel archevêque depuis le départ du cardinal Rainer-Maria Woelki pour Cologne en septembre 2014.
[Source: www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Carnet/Mgr-Heiner-Koch-nomme-archeveque-de-Berlin-2015-06-08-1320954]

[Photos: www.erzbistumberlin.de/wir-sind/leitung/erzbischof/bildergalerie/]

 


 

  

Départ du Cardinal Woelki élu archevêque de Cologne

  

Dimanche 7 septembre 2014 : 

À l’occasion du départ de notre Cardinal Rainer Maria Woelki qui se rendra à Cologne où il vient d’être nommé archevêque par le pape François,

a eu lieu une Messe pontificale à la cathédrale Ste Hedwige, suivie d’une réception dans la cour.

À lire: Lettre pastorale du Cardinal R.M. Woleki (en allemand)

 

 


 

  

       

Jean Paul II et Jean XXIII canonisés en 2014

 

 

Jean XXIII (1958-1963) et Jean-Paul II (1978-2005) ont été canonisés à Rome le 27 avril, dimanche de la Divine Miséricorde.

 

Homélie du Pape François à la Place Saint-Pierre, le 27/4/2014 :

"Au centre de ce dimanche qui conclut l’Octave de Pâques, et que saint Jean Paul II a voulu dédier à la Divine Miséricorde, il y a les plaies glorieuses de Jésus ressuscité.

Il les montre dès la première fois qu’il apparaît aux Apôtres, le soir même du jour qui suit le sabbat, le jour de la résurrection. Mais ce soir là, nous l’avons entendu, Thomas n’est pas là ; et quand les autres lui disent qu’ils ont vu le Seigneur, il répond que s’il ne voyait pas et ne touchait pas les blessures, il ne croirait pas. Huit jours après, Jésus apparut de nouveau au Cénacle, parmi les disciples, Thomas aussi était là ; il s’adresse à lui et l’invite à toucher ses plaies. Et alors cet homme sincère, cet homme habitué à vérifier en personne, s’agenouille devant Jésus et lui dit « Mon Seigneur et mon Dieu » (Jn 20,28).

Les plaies de Jésus sont un scandale pour la foi, mais elles sont aussi la vérification de la foi. C’est pourquoi dans le corps du Christ ressuscité les plaies ne disparaissent pas, elles demeurent, parce qu’elles sont le signe permanent de l’amour de Dieu pour nous, et elles sont indispensables pour croire en Dieu. Non pour croire que Dieu existe, mais pour croire que Dieu est amour, miséricorde, fidélité. Saint Pierre, reprenant Isaïe, écrit aux chrétiens : « Par ses plaies vous avez été guéris » (1P 2,24 ; Cf. Is 53,5).

Saint Jean XXIII et saint Jean Paul II ont eu le courage de regarder les plaies de Jésus, de toucher ses mains blessées et son côté transpercé. Ils n’ont pas eu honte de la chair du Christ, ils ne se sont pas scandalisés de lui, de sa croix ; ils n’ont pas eu honte de la chair du frère (Cf. Is 58,7), parce qu’en toute personne souffrante ils voyaient Jésus. Ils ont été deux hommes courageux, remplis de la liberté et du courage (parresia) du Saint Esprit, et ils ont rendu témoignage à l’Église et au monde de la bonté de Dieu, de sa miséricorde.

Il ont été des prêtres, des évêques, des papes du XXème siècle. Ils en ont connu les tragédies, mais n’en ont pas été écrasés. En eux, Dieu était plus fort ; plus forte était la foi en Jésus Christ rédempteur de l’homme et Seigneur de l’histoire ; plus forte était en eux la miséricorde de Dieu manifestée par les cinq plaies ; plus forte était la proximité maternelle de Marie.

En ces deux hommes, contemplatifs des plaies du Christ et témoins de sa miséricorde, demeurait une « vivante espérance », avec une « joie indicible et glorieuse» (1P 1,3.8). L’espérance et la joie que le Christ ressuscité donne à ses disciples, et dont rien ni personne ne peut les priver. L’espérance et la joie pascales, passées à travers le creuset du dépouillement, du fait de se vider de tout, de la proximité avec les pécheurs jusqu’à l’extrême, jusqu’à l’écœurement pour l’amertume de ce calice. Ce sont l’espérance et la joie que les deux saints Papes ont reçues en don du Seigneur ressuscité, qui à leur tour les ont données au peuple de Dieu, recevant en retour une éternelle reconnaissance.

Cette espérance et cette joie se respiraient dans la première communauté des croyants, à Jérusalem, dont parlent les Actes des Apôtres (Cf. 2, 42-47), que nous avons entendus en seconde lecture. C’est une communauté dans laquelle se vit l’essentiel de l’Évangile, c'est-à-dire l’amour, la miséricorde, dans la simplicité et la fraternité.

C’est l’image de l’Église que le Concile Vatican II a eu devant lui. Jean XXIII et Jean Paul II ont collaboré avec le Saint Esprit pour restaurer et actualiser l’Église selon sa physionomie d’origine, la physionomie que lui ont donnée les saints au cours des siècles. N’oublions pas que ce sont, justement, les saints qui vont de l’avant et font grandir l’Église. Dans la convocation du Concile, saint Jean XXIII a montré une délicate docilité à l’Esprit Saint, il s’est laissé conduire et a été pour l’Église un pasteur, un guide-guidé, guidé par l’Esprit. Cela a été le grand service qu’il a rendu à l’Église. C’est pourquoi j’aime penser à lui comme le Pape de la docilité à l’Esprit Saint.

Dans ce service du Peuple de Dieu, saint Jean Paul II a été le Pape de la famille. Lui-même a dit un jour qu’il aurait voulu qu’on se souvienne de lui comme du Pape de la famille. Cela me plaît de le souligner alors que nous vivons un chemin synodal sur la famille et avec les familles, un chemin que, du Ciel, certainement, il accompagne et soutient.

Que ces deux nouveaux saints Pasteurs du Peuple de Dieu intercèdent pour l’Église, afin que, durant ces deux années de chemin synodal, elle soit docile au Saint Esprit dans son service pastoral de la famille. Qu’ils nous apprennent à ne pas nous scandaliser des plaies du Christ, et à entrer dans le mystère de la miséricorde divine qui toujours espère, toujours pardonne, parce qu’elle aime toujours."

Source: Vatican.va

photos sur

www.photogallery.va/content/photogallery/fr/celebrazioni-liturgiche/canonizzazione27apr2014.html

  

 

   

 


 

  

Jean Paul II et Jean XXIII bientôt canonisés

   

    

Jean Paul II et Jean XXIII seront canonisés ensemble le 27 avril 2014 a annoncé le pape François ce 30 septembre devant les cardinaux réunis en consistoire. Ces canonisations parallèles démontrent une volonté de maintenir un équilibre entre deux personnalités différentes. D’ores et déjà, des centaines de milliers de personnes sont attendue sur la place Saint-Pierre à cette date.

    

  


   

 

François : premier pape des Amériques

  

Le cardinal Jorge Mario Bergoglio, jésuite et archevêque de Buenos Aires, est devenu le 13 mars 2013 le 265e successeur de saint Pierre. Notre nouveau pape est le premier qui vient des Amériques. Il a choisi de porter le nom de François et montre ainsi la tonalité de son pontificat : un engagement social auprès des plus pauvres.

  

  


  

    

Décision historique dans l'histoire de notre Église: Benoît XVI remet sa charge pastorale

Le pape Benoît XVI a annoncé aujourd'hui (11.02.2013) sa démission à partir du 28 février prochain

en invoquant son âge, dans un discours prononcé en latin lors d'un consistoire au Vatican.

   

  


  

  

Décès du Père Jan Szubiñski le 28 avril 2012

  

  

   


 

 

Notre archevêque Rainer Woelki: élévation au rang de Cardinal

  

C’est avec joie que nous accueillons l’élévation au rang de Cardinal de notre Archevêque Rainer Woelki. 

La cérémonie de la remise de la barrette cardinalice aura lieu le 18 février 2012. Nous le portons dans nos prières.

 

 


   

 

Communauté protestante francophone de Berlin: nouveau pasteur

  

La communauté protestante francophone de Berlin installe aujourd’hui son nouveau pasteur M. Georges Kobi. (12.2.2012)

 

 


 

 

34e Rencontre européenne de Taizé à Berlin

(du 28/12/2011 au 1/1/2012)

  

 

À l’invitation des Églises et du maire de la ville, la 34e rencontre européenne a eu lieu du 28 décembre 2011 au 1er janvier 2012 à Berlin.

Plus d'infos sur www.taize.fr ou sur www.erzbistumberlin.de (en allemand)

 

    


   

 

Visite du Pape Benoît XVI en Allemagne

(du 22 au 25 septembre 2011)

  

Première galerie de photos (cliquez ici) Deuxième galerie de photos (cliquez ici)

    

Différents articles du journal la Croix :

Discours de Benoît XVI au Château Bellevue à Berlin

Discours de Benoît XVI devant le Bundestag

D’Erfurt à Fribourg, Benoît XVI est passé d’une Allemagne à l’autre

Le pape appelle les catholiques allemands à ne pas se diviser

Différents articles du site de la :

Dossier sur le voyage de Benoît XVI en Allemagne

Benoît XVI à Berlin : « La liberté a besoin de la religion »

Benoît XVI : "La politique doit être un engagement pour la justice »

Benoît XVI encourage un témoignage chrétien commun

  

  

  


 

 

(8.2011) Le nouvel Archevêque a été évêque auxiliaire de Cologne, responsable de la Pastorale dans la zone Nord de l´Archidiocèse  de Cologne et entre autres  pour les villes de Düsseldorf, Wuppertal, Neuss, Solingen et  Oberbergische Kreis, pratiquement pour près de  850.000 catholiques.

Mgr Rainer Maria Woelki est né le 18 août 1956 à  Köln-Mülheim. Après son Baccalauréat et son service militaire, il fait ses études de Philosophie et de Théologie à Bonn et à Freiburg de 1978 à 1983. Il est ordonné prêtre le 14 juin 1985 dans la cathédrale de Cologne par le cardinal Höffner à l´époque  Archevêque de Cologne.

De 1985 à 1990 il est vicaire à Neuss puis  Ratingen ensuite Aumônier militaire. De 1990 à 1997 secrétaire du Cardinal Joachim Meisner. De 1997 à 2003 il est nommé Directeur du Collegium Albertinum, à côté de la Faculté de théologie  à Bonn pour la formation des futurs prêtres de l´Archidiocèse de Cologne. Au cours de cette même période, il prépare son doctorat.

En 2000, il soutient sa thèse de  doctorat en Théologie à Rome, à l´Université Pontificale de la Sainte Croix  (Pontificia Università della Santa Croce) sous le thème « La Paroisse – une contribution à son orientation ecclésiologique. »

Le 30 mars il est sacré évêque dans la cathédrale de Cologne. Il est évêque titulaire de  Scampa/Albanien. Sa devise est : „Nos sumus testes“ – „Nous sommes des témoins“. C´est le  premier devoir de l´Apôtre  et de ses successeurs, les évêques. Au sain de la Conférence épiscopale allemande, il est membre de la Commission IV „Vocation Sacerdotale et Service se l´Eglise“ et de la Commission VIII „Science et Culture.